Principes et pratiques de sécurité mondial

Au 12 Février 2015, une coalition de grandes agences de presse et organismes mondial de journalisme se sont réunis pour approuver les normes de protection pour les pigistes indépendants dans le monde entier.

Au cours des deux dernières années, assassinats, emprisonnements et enlèvements de journalistes ont atteint des sommets historiques. Ces attaques représentent une menace fondamentale non seulement pour des actualités professionnels, mais à la pratique du journalisme indépendant.

Les journalistes basés localement sont confrontés par la plus grande menace et endurent la grande majorité des meurtres, emprisonnements et enlèvements. Nous appelons les gouvernements, les combattants et les groupes à l'échelle mondiale, de respecter la neutralité des journalistes et de mettre fin immédiat au cycle d'impunité qui entoure les attaques contre les journalistes.  L'enlèvement et l'assassinat de journalistes James Foley et Steven Sotloff ont mis en lumière sur les risques confrontés par les journalistes indépendants.

Les groupes soussignés approuvent les principes et les pratiques de sécurité suivantes pour les organisations internationales de nouvelles et les pigistes qui travaillent avec eux. Nous considérons cette lettre comme une première étape d'une campagne de longue durée pour convaincre les entreprises de presse et les journalistes d'adopter ces normes à l'échelle mondiale. Dans un temps de péril journalistique, les entreprises de presse et les journalistes doivent travailler ensemble pour se protéger eux-mêmes, leur profession et leur rôle essentiel dans la société mondiale.

Pour les À L’ATTENTION DES JOURNALISTES AFFECTÉS À DES MISSIONS PÉRILLEUSES :

1. Avant de partir en mission dans une zone de conflits ou un milieu hostile, les journalistes devraient acquérir quelques compétences élémentaires leur permettant de prendre soin d’eux-mêmes ou de confrères blessés. 

2. Nous encourageons tous les journalistes à suivre un cours de premiers secours reconnu dans le secteur de la presse, à emporter une trousse de premiers soins adéquate et à poursuivre leur formation pour rester au courant des normes de diligence et de sécurité sur le plan tant physique que psychologique. Avant d’accepter une mission dans ces zones, les journalistes devraient contracter une assurance-maladie les couvrant dans les zones de conflits ou les régions où sévit une maladie infectieuse. 

3. Les journalistes qui se trouvent dans des zones de conflits devraient prendre conscience de la nécessité et de l'importance du port de vêtements de protection anti-projectiles, notamment de gilets pare-balles et de casques. Les journalistes évoluant dans une zone de conflits ou un milieu hostile devraient veiller à suivre une formation au travail en milieu hostile reconnue par le secteur de la presse.

4. Avant de se rendre dans une zone de conflits ou un milieu hostile, les journalistes devraient procéder à une évaluation approfondie des risques et mesurer la valeur journalistique d’une mission par rapport aux risques en collaboration avec les collègues sur le terrain et les organismes de presse.

5. En mission, les journalistes devraient planifier et préparer en détail leur mode opératoire, notamment identifier les itinéraires, le transport, les contacts et la stratégie de communication, par le biais de systèmes de contrôle quotidien avec un collègue dans la région ou leur directeur de rédaction. Quand les circonstances le permettent, les journalistes devraient prendre les précautions adéquates pour protéger leurs communications mobiles et Internet contre l’intrusion et la localisation.

6. Les journalistes devraient collaborer étroitement avec leurs agences de presse, l’organisme qui les envoie en mission ou leurs confrères dans le secteur s’ils travaillent de façon indépendante, pour comprendre les risques d’une mission précise. Ce faisant, ils devraient s’enquérir et tenir compte des informations de sécurité et des conseils de voyage des confrères professionnels, des contacts sur place, des ambassades et du personnel de sécurité. De même, ils devraient communiquer les informations dont ils disposent en matière de sécurité à leurs confrères pour les aider à se protéger du danger.

7. Les journalistes devraient laisser les coordonnées de leurs proches auprès des organismes de presse, et s’assurer que ces personnes nommées disposent de consignes et de plans d’action précis en cas de blessures, d’enlèvement ou de décès sur le terrain.

À L’ATTENTION DES ORGANISMES DE PRESSE QUI PLANIFIENT DES MISSIONS EN MILIEU HOSTILE :

1. Les directeurs de rédaction et les organismes de presse reconnaissent que les journalistes et pigistes locaux, photographes et caméramans compris, jouent un rôle de plus en plus vital en ce qui concerne la couverture internationale, notamment en milieu hostile.

2. Les directeurs de rédaction et les organismes de presse devraient se préoccuper du bien-être des journalistes et pigistes locaux comme de celui de leurs reporters attitrés.

3. Les organismes de presse et les directeurs de rédaction devraient s’employer à traiter les journalistes et pigistes auxquels ils font appel de façon régulière de la même manière que leurs reporters attitrés en ce qui concerne les questions de formation liée à la sécurité, les premiers secours et autres matériels de protection, et la responsabilité en cas de blessures ou d’enlèvement.

4. Les directeurs de rédaction et les organismes de presse devraient avoir conscience et tenir compte des coûts supplémentaires liés à la formation, aux assurances et au matériel de protection dans les zones de conflits.  Ils devraient clairement définir, avant une mission, la rémunération d’un pigiste et les frais qui seront couverts. 

5. Les directeurs de rédaction et les organismes de presse devraient reconnaître l’importance du paiement rapide des pigistes. Au moment d’affecter les missions, les organismes de presse devraient s’efforcer de régler les frais convenus à l’avance, ou aussitôt que possible au terme du travail accompli, et de rémunérer le travail effectué dans les plus brefs délais. 

6. Les directeurs de rédaction et les organismes de presse devraient s’assurer que tous les journalistes pigistes soient reconnus à leur juste valeur dans les légendes et les génériques à la fois au moment de la publication ou de la diffusion du travail qu’ils ont accompli, et si leur travail fait plus tard l’objet d’une présentation en vue de l’obtention d’un prix, sauf si l’organisme de presse et le pigiste conviennent que la mention du journaliste pourrait porter atteinte à la sécurité de ce dernier et/ou de sa famille.

7. Les organismes de presse ne devraient pas proposer de mission à un pigiste dans une zone de conflits ou en milieu hostile sauf s’ils sont prêts à assumer les mêmes responsabilités à l’égard du bien-être du pigiste en cas d’enlèvement ou de blessures que pour leurs reporters attitrés. Les organismes de presse ont pour responsabilité morale de soutenir les journalistes auxquels ils proposent des missions périlleuses, sous réserve que les pigistes respectent les règles et les consignes des organismes de presse.

En conclusion, nous, soussignés, encourageons le personnel et les journalistes pigistes et les organismes de presse avec lesquels ils travaillent à adhérer pleinement à un engagement collectif en matière de sécurité et à promouvoir un nouvel esprit de collégialité et d’entraide.

ORGANISMES SIGNATAIRES

2LIVES: Steven Joel Sotloff Memorial Foundation

ABC News

Afghan Journalists Safety Committee

Agence France-Presse

Al-Monitor

American Society of Journalists and Authors

Article 19

Association of European Journalists (Bulgaria)

The Associated Press

Bangladesh NGOs Network for Radio and Communication (BNNRC)

Belarusian Association of Journalists

Blink

Bloomberg

British Broadcasting Corporation

Canadian Journalism Forum on Violence and Trauma

CBS News

Center for Journalism and Public Ethics (Mexico)

CNN

Coalition for Women Journalists

Committee to Protect Journalists

Danish Union of Journalists

Dart Center for Journalism and Trauma

Ena News Agency

European Federation of Journalists

Foreign Correspondents' Club (Hong Kong)

Foro de Periodismo Argentino

Free Press Unlimited

Frontline Club

Frontline Freelance Register

The Frontliner (Albania)

German Press Agency dpa

Global Journalist Security

GlobalPost

Global Radio News

Globo TV

The GroundTruth Project

Guardian News and Media Group

International Center for Journalists

International Federation of Journalists

International News Safety Institute

International Press Institute

International Women's Media Foundation

Iraqi Journalists Rights Defense Association

James W. Foley Legacy Foundation

Journalistic Freedoms Observatory (Iraq)

Journalists in Danger (Kazakhstan)

Kyodo News

Mashable

McClatchy DC

Medill School of Journalism

Miami Herald

National Press Club

National Press Photographers Association

National Union of Journalists-Philippines

NBC News

Newsweek

NOS News (Netherlands)

Online News Association

Overseas Press Club of America

Overseas Press Club Foundation

Pakistan Press Foundation

PayDesk

Periodistas de a Pie (Mexico)

PBS Frontline

Press Emblem Campaign (Switzerland)

Public Radio International's The World

Pulitzer Center on Crisis Reporting

Reporters Instructed in Saving Colleagues

Reporters Without Borders

Reuters

Round Earth Media

Rory Peck Trust

Security First (UK)

Society of Professional Journalists

Southeast Asian Press Alliance (SEAPA)

Storyhunter

Trauma Training for Journalists

Union of Journalists in Finland

Union of Journalists in Israel

Union of Journalists of South Sudan

USA Today

Vice News

Video News (Japan)

Women Photojournalists of Washington

Words After War

The World Association of Newspapers and News Publishers (WAN-IFRA)

Zuma Press

Les organismes de presse, les associations de journalistes ou les groupes de défense qui souhaitent souscrire à ces directives doivent s’adresser à David Rohde à l’adresse [email protected]